29e Festival International du Film Francophone : 2012

französisch

FESTival ! Un an avant notre trentième anniversaire, nous avons avant tout voulu vous offrir un festival gai et léger, et nous pensons sincèrement y être parvenus ! Le temps lui-même a participé de cette fête : nous avons eu presque tous les jours quelques heures de soleil éclatant avant que la pluie n’arrive juste avant le début des projections, ne nous laissant rien d’autre à faire que de nous réfugier dans les salles obscures, qui durant toute la semaine ont été très bien visitées. Encore une fois, Tübingen est donc devenu le cœur du cinéma francophone en Allemagne : presque 12 000 spectateurs sont venus voir plus de cent films.

FESTival ! Avant même le début du festival, le comité de sélection et une partie de l’équipe étaient déjà convaincus que la programmation de cette année était tout simplement exceptionnelle ! Un mélange équilibré de comédies légères et de drames bouleversants, de dessins animés enchanteurs et de documentaires singuliers, de films destinés aux grands écrans et de drames intimes aux grands sentiments davantage adaptés aux petites salles. Le public est venu voir tous ces films, à chaque fois impressionné par leur incroyable qualité. Nous aurions pu défendre sans réserves chacun de ces films : qu’ils plaisent ou non tient à des questions de goût qui sont difficilement discutables.

FESTival ! Nos invités participent beaucoup de la réussite du festival. Les nombreuses discussions, qu’elles se déroulent dans le cadre des échanges officiels après les films ou de manière informelle dans les bistrots du festival, font une grande part du charme de ce festival destiné au public. Tübingen n’étant pas bien grand, nul besoin de se donner rendez-vous : les rencontres sont toujours de hasard. C’est ainsi que naissent de nouveaux liens, de nouvelles connaissances ou amitiés, que se construisent de nouveaux projets, que le travail des autres peut être perçu de la manière la plus personnelle qui soit. Namir Abdel Messeh, lauréat et invité au festival, nous a écrit : « Maintenant, il ne me reste plus qu’à faire d’autres films, pour avoir une occasion de revenir prochainement. Alors, rendez-vous dans … Quatre ans ! »

FESTival ! Tout ça ne peut fonctionner sans une bonne équipe et cette année, nous formions vraiment un groupe fabuleux ! Tous les collaborateurs, nos incroyables stagiaires, ainsi que le festival-TV ont produit des choses inouïes dans les dernières semaines et ont montré qu’il était possible de mettre sur pieds à Tübingen un événement culturel à dimension européenne.

FESTival ! Le Prix SACEM pour la meilleure musique originale de film a permis de belles manifestations autour de la relation entre musique et cinéma : nos deux ciné-concerts, Les Aventures du Prince Ahmed accompagnées par RadioMentale à Tübingen et Nosferatu avec le groupe de rock expérimental Zone libre aux Wagenhallen de Stuttgart ont remporté un grand succès, tout comme les concerts des incroyables Quitriches à l’Epplehaus et de la ravissante Mayembé Malayika au Club Voltaire.

FESTival ! « Quiconque veut voir des films africains doit venir à Tübingen ! ». Voilà ce qu’a établi Volker Schlöndorff, notre invité. Et, en effet, il y a eu beaucoup, beaucoup de moments et d’événements impressionnants concernant l’Afrique. La section Afrique fêtait cette année son 25ème anniversaire avec une sélection impressionnante de courts-métrages et une discussion très animée. Par ailleurs, l’Afrique est aussi représentée cette année en compétition, à travers des films bouleversants.

FESTival ! Le Festival international du film francophone devient en Allemagne une plate-forme de plus en plus importante pour le jeune cinéma francophone, ce qui tient en grande partie aux prix que nous attribuons et qui aident les cinéastes à trouver leur public en Allemagne.

Compétition internationale: Prix du Festival de Tübingen

Le Prix du Festival de Tübingen, d’un montant de 5 000 euros généreusement offerts par notre mécène Volker Lamm est attribué au Rwandais Kivu Ruhorahoza et à son film MATIÈRE GRISE.

Le jury justifie ainsi sa décision:

« Le film parvient par sa construction subtile à mettre en évidence a posteriori l’abjection du génocide rwandais. Au travers d’une mise en scène subtile, Kivo Ruhorahoza met en avant des personnages qui tentent de survivre. Il parvient à nous faire partager au plus près leurs traumatismes. Ce film est aussi un film sur la nécessité de créer, la sublimation comme seul exutoire (la peinture, la poésie, la musique et enfin le cinéma). Matière grise souligne le devoir de mémoire, un film nécessaire ! »

Prix du Public de Tübingen

Le Prix du Public de Tübingen, d’un montant de 2 500 euros également offerts par Volker Lamm, va à Namir Abdel Messeeh pour son film La Vierge, les coptes et moi…

 

Prix du Public de Stuttgart

Rebelle de Kim Nguyen a remporté le Prix du Public de Stuttgart pour lequel TV5 Monde et la capitale de Land Stuttgart donnent 2 500 euros.

 

Prix du Jeune Jury de Stuttgart

Le Jury jeune de Stuttgart, qui attribue un prix d’un montant de 1 000 euros grâce à la capitale de Land Stuttgart, s’est également décidé pour Rebelle de Kim Nguyen.

Ils justifient ainsi leur décision :

« Nous nous sommes décidés pour Rebelle de Kim Ngyuen parce que ce film nous a très profondément touchés. Ce qui a particulièrement déterminé cette décision, c’est d’abord l’identification très forte que nous a permis le jeune âge du personnage principal. Par aillleurs, la thématique nous a très profondément choqués et emportés. Le film nous force à prêter attention à un monde où les enfants sont forcés à commettre des actes de violence indicibles et doivent supporter une douleur intolérable. Le film nous a tout simplement tellement bouleversés qu’il nous était impossible d’en parler à la sortie. »

Le Prix SACEM pour la meilleure musique originale de film

Le Prix SACEM pour la meilleure musique originale de film, d’un montant de 1 500 euros va au film Le Tableau de Jean-François Laguionie. Le compositeur est Pascal Le Pennec.

Le Jury déclare :

„Voici un film pour lequel le terme de „musique à l’image“ prend un sens particulier.

Le charme, la poésie et la profondeur du film sont sublimés par les couleurs que Pascal Le Pennec a choisi d’appliquer à l’histoire. La musique du Tableau est parfois un décor, parfois un personnage, parfois quelque chose d’autre encore, toujours limpide et poétique. À la fois indéfinissable et essentiel.“

Compétition française : Prix d’aide à la distribution

Le Prix d’aide à la distribution d’un montant de 20 000 euros est attribué par Unifrance et la MFG Baden-württemberg. L’argent ira au distributeur allemand qui décidera de diffuser le film sur les écrans allemands. C’est cette année La Vierge, les coptes et moi … de Namir Abdel Messeeh qui est récompensé.

Compétition internationale de courts-métrages

La compétition de courts-métrages donne un Prix de 1 000 euros, généreusement offerts par Carsten Schuffert (Bewegte Bilder Event GmbH Tübingen) au court-métrage le plus innovant, choisi par le Jury international. Cette année, il s’agit de Mon Amoureux de Daniel Metge.

Le jury justifie ainsi sa décision:

« Porté par un trio d’acteurs remarquable, Mon Amoureux réussit à lever un sujet tabou, le sexe et le handicap, en y mêlant avec subtilité humour, tendresse et poésie.

Le réalisateur Daniel Metge met également en parallèle la simplicité des rapports amoureux des protagonistes handicapés et la complexité de ceux de Laurie, la sœur valide. »

Prix Cinéslam

Le Prix Cinéslam de la Kreisparkasse d’un montant de 500 euros, généreusement offerts par la Kreissparkasse est attribué à Max Clausen et Paul Wilms pour le court-métrage Und der beste Kaugummi ist doch immer noch der eigene Rotz.