23e Festival International du Film Francophone Tübingen | Stuttgart

französisch

De longues queues devant les guichets de cinémas, des discussions animées dans les salles de projection: le public de Tübingen et de Stuttgart s’est immergé avec bonheur dans l’actualité du cinéma de langue française, le temps du FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM FRANCOPHONE qui offrait cette année un vaste panorama plus de 80 films. Andrea Wenzek, qui dirige le festival depuis l’année dernière, se réjouit du succès de sa deuxième édition: « Je suis très contente de voir que la diversité de notre programme a attiré toutes les générations. » Les grands favoris du public ont été des comédies sentimentales fougueuses comme « Coeurs » d’Alain Resnais, maître incontournable du cinéma français, et le film collectif « Paris je t’aime », une variation en vingt épisodes sur la ville de l’amour. Le public allemand a pu entre autre découvrir l’œuvre d’Emmanuel Mouret à qui le festival dédiait cette année sa rétrospective.

Prix Jeunesse franco-allemand

Pour la première fois cette année, un jury de sept étudiants allemands et français invités par l’Office Franco Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) et par la chaîne de télévision francophone TV5Monde a décerné le Prix Jeunesse franco-allemand à une première œuvre saisissante: 13 Tzameti de Gela Babluani. Né en 1979 à Tbilissi en Géorgie, ce jeune cinéaste s’est installé à Paris à l’âge de 17 ans. Le jeune jury a été impressionné par les qualités artistiques de son film, un sombre thriller, dur et captivant, sur les jeux pervers d’une société secrète.

Justification du jury: „Ce film hors du temps entraîne le spectateur dans un monde de sombres incertitudes. Pris entre fascination et aversion, celui-ci se retrouve voyeur involontaire, témoin d’un jeu mortel de roulette russe. Les images en noir et blanc, fortes et expressives, restent marquées dans la mémoire. »

TV5Monde soutient la sortie du film en Allemagne sous forme de moyens publicitaires d’une valeur de 5000 €.

Prix d’aide à la distribution

Le Prix d’aide à la distribution, financé par Unifrance et par la Société Film et Médias du Bade-Wurtemberg (MGF) et doté de 20.000 €, est revenu à La tourneuse de pages de Denis Dercourt. Le Jury se composait de Claudine Sulyok (MFG), Peter Erasmus, exploitant de salle à Stuttgart, et Wilfried Reichert, journaliste, producteur de cinéma et ancien rédacteur en chef de la section cinéma de la station de radio allemande WDR. Ce prix a pour vocation de soutenir la sortie en Allemagne de La tourneuse de pages.

Justification du jury: „Denis Dercourt met en scène l’histoire d’une vengeance dans la tradition d’un Claude Chabrol. Cinéma français de qualité, sobriété de la mise en scène, présence expressive des acteurs. La beauté mais aussi l’horreur énigmatique de la province créent une tension particulière mise en valeur par certains accents musicaux.  »

Prix du Public de Tübingen

Le 15ème Prix du Public de Tübingen est revenu à Sept Ans de Jean-Pascal Hattu, le portrait riche en émotions d’un ménage à trois inhabituel. Inspiré par un documentaire sur une gardienne de prison, le cinéaste, né à Paris en 1962, a réalisé son premier film de fiction sur une constellation amoureuse compliquée de part et d’autre des murs d’une prison.

Ce prix de la mise en scène, doté de 3.500 €, est financé par les salles de cinémas de Tübingen „Vereinigte Lichtspiele“ et „Arsenal“.

Prix du Public de Stuttgart

Le Prix du Public de Stuttgart, attribué cette année pour la première fois par les spectateurs de la capitale du land, a récompensé La vraie vie est ailleurs du jeune réalisateur suisse Frédéric Choffat: une ronde sentimentale toute en légèreté sur trois jeunes gens qui prennent le train de nuit à la gare de Genève et font pendant le voyage des rencontres déterminées par le destin.

Stuttgart, capitale du land du Bade-Wurtemberg, finance ce prix de la mise en scène d’une valeur de 2500 €.

Prix de la Fédération allemande des critiques de cinéma

Le jury du Prix de la Fédération allemande des critiques de cinéma, composé de Gerald Koll, Bodo Schönfelder et Marc Hairapetian, a également récompensé 13 Tzameti de Gela Babluani.

Justification du jury: „Le film s’inscrit dans la meilleure tradition du film noir français. Sa photographie en noir et blanc, inhabituelle de nos jours, modèle les visages en un jeu savant d’ombres et de lumière. L’histoire se déroule dans un quartier misérable de travailleurs immigrés parisiens et s’efforce de traduire en images leur réalité quotidienne et leurs rêves brisés, en puisant dans les ressources expressives du genre. Les expériences d’un jeune étranger livré à un règlement barbare – la roulette russe – y sont dépeintes jusque dans leur fatale conséquence, avec une maîtrise et une concision étonnantes pour un jeune cinéaste et un langage esthétique qui ne manque pas de moments poétiques et surréalistes. »

Le jury a également décerné une mention spéciale au documentaire français La Consultation d’Hélène de Crecy, un aperçu de la société dans le cabinet de consultation d’un médecin.

Justification du jury: „Nous tenon à mentionner ce film à la fois courageux, captivant, intense, chaleureux, décent et humain. Nous souhaitons exprimer à la réalisatrice tout notre respect pour la franchise et la détermination avec lesquelles elle nous fait participer à la vie quotidienne d’un homme qui, bien plus que médecin traitant, est aussi directeur de conscience, conseiller… »

L’atmosphère chaleureuse du festival et les intenses échanges avec les spectateurs ont beaucoup impressionné les hôtes du festival venus de France, Belgique, Suisse, Bénin, Algérie, Congo et Pays-Bas. L’intérêt du public pour des questions sociales importantes reflète la nouvelle orientation du festival, qui souhaitait redonner au cinéma sa fonction critique de lieu de discussion politique et sociale. „Les films sur le travail de mémoire de l’époque postcoloniale et sur l’émigration africaine vers l’Europe, de même que le cinéma du Maghreb ont reçu du public un écho très positif, ce qui nous confirme que nous sommes sur la bonne voie. » concluait Andrea Wenzek.