Hommage à Pierre Véry

Pierre Véry était un romancier très populaire dans la France des années 1930. Au cours de sa jeunesse passée en Charente, il rêvait déjà de parcourir le vaste monde. Après quelques courses cyclistes et une brève carrière de libraire à Paris, l’inconstant Pierre Véry se mit à son tour à écrire. Il se consacra dans un premier temps à des nouvelles et des articles de journal, et par la suite à des romans d’aventure, des policiers et des livres jeunesse. Il écrivait compulsivement, mais restait pauvre. Ce n’est que tardivement qu’il découvrit, plutôt par hasard, qu’il pouvait aussi vivre des ses écrits : en 1938, son roman Les Disparus de Saint-Agil, porté à l’écran, fut un véritable succès et lança sa carrière de cinéaste.

Après la guerre, bien qu’il n’avait pas écrit le scénario de son roman L’Assassinat du Père Noël lui-même, on l’accusa de « collaboration avec l’ennemi » pour avoir fait produire son film par La Continental. En effet, la société de production française La Continental-Films avait été créée par le chef du ministère de la propagande allemande, Joseph Goebbels. À l’époque, on voulait conquérir le marché international avec des films de divertissement légers. Ce n’était toutefois pas du goût d’Alfred Greven, producteur francophile de la Continental, qui préférait s’engager pour des acteurs juifs et des films de qualité. Ainsi, sa première production fut l’adaptation cinématographique du roman policier L’Assassinat du père Noël, tout sauf un film de propagande. Lorsqu’en 1946 on reprocha à Pierre Véry d’avoir collaboré, il défendit son droit d’écrire librement et expliqua qu’il avait alors un besoin impérieux d’argent. L’auteur passionné fut déçu qu’on le condamne ainsi, mais cela ne l’empêcha pas de continuer à écrire. Il créa des scénarios et des romans, dans un style très caractéristique, où le merveilleux se mêle au frisson et au bizarre. Les Français aiment ses « romans de mystère ».

Noël Véry, le fils de l‘écrivain, a restauré ses films et les a fait numériser avec l’aide du CNC. Les trois films les plus célèbres, Les Disparus de Saint-Agil, Goupi-Mains rouges et L’Assassinat du Père Noël, passeront au FTT Tübingen et à Stuttgart.

Après la diffusion de ces films, Nicolas Eybalin, le consul général de France, animera un débat avec Noël Véry.

Merci à PATHE qui nous a généreusement cédé les droits des films.

Pierre Véry (à droite) avec Jean Gabin